POURQUOI VOYAGER EN AFRIQUE PEUT COUTER TRÈS CHER ?

by Pauline
Une flopée de girafes dans le parc national de l'Akagera, Rwanda

2000 euros, 3000 euros, 5000 euros les 10 jours pour parcourir un pays africain, observer des animaux en liberté que l’on ne verra jamais dans notre propre pays à part dans un zoo…

Ce sont souvent les prix que l’on retrouve sur internet lorsque l’on tape safari/voyage en Afrique (Subsaharienne).

Voyages organisés

– Peu de backpackers

Il y a très peu de voyageurs en sac à dos en Afrique.

Les touristes qui viennent sont le plus souvent en circuits organisés. Ils ont donc fait appel à des agences basées en Afrique, mais aussi en Europe, ou même aux États-Unis.

Pour ces gouvernements, qui dit tourisme économique dit tourisme de masse peu respectueux de la nature.

Ces compagnies organisent des séjours à la carte, ou des circuits déjà tout faits. Elles sont là pour te faciliter l’organisation du voyage. Elles vont te réserver toutes les nuits en hotel/lodge, réserver les entrées dans les parcs, organiser les transferts aéroport/hôtel, te trouver un guide pour tes activités. Elles jouent le rôle d’intermédiaires entre toi et les compagnies locales.

En somme, c’est un voyage organisé.

– Résultat : une note pimentée

Tout ça, ça coûte un certain prix, qui ne comprend pas le billet d’avion dans la plupart des cas. C’est pour cela que tu peux voir ces tarifs énormes sur internet :

  •  Tanzanie : 3000 euros
  • Zambie : 5000 euros
  • Afrique du Sud : 2000 euros (billet d’avion souvent compris)

L’Afrique du Sud avec le Kenya sont les seuls pays à proposer des tarifs plus abordables.

Au Kenya, il semblerait que comparé à son voisin la Tanzanie, les taxes y soient moins importantes dans l’industrie touristique. Le pays a développé un tourisme plus familial, mais parfois peu agréable suivant le circuit. Les 4×4 remplis de touristes bruyants qui parcourent les parcs animaliers, c’est le meilleur moyen de faire fuir les animaux.

Tourisme de luxe

Évidemment, ces tarifs ne sont pas à la portée des tous les porte-monnaies. Mais cela résulte souvent d’une politique gouvernementale complètement assumée.

– L’exemple du Botswana

Certains pays comme le Botswana par exemple, se sont même spécialisés dans le tourisme de luxe. La plupart des circuits organisés dans le delta de l’Okavango, ou dans le parc Chobe, ciblent une clientèle riche. Le pays revendique ce choix pour plusieurs raisons :

  • Proscrire le tourisme de masse
  • Préserver l’environnement
  • Déplacements qui coûtent cher : il n’y a quasiment pas de routes dans les parcs donc souvent les déplacements se font par avion, ou en 4×4
  • Ça rapporte énormément d’argent (1,1 milliard de dollars en 2016)

Je suis d’accord que faire venir des troupeaux de touristes qui se suivent à la file indienne sur une piste poussiéreuse, ce n’est pas idéal pour préserver la tranquillité des lieux et l’environnement naturel des animaux.

Mais c’est injuste pour ceux qui n’ont pas les moyens de se payer ce genre d’excursions. Cela veut sous-entendre que si tu as les moyens, tu es plus respectueux envers la faune et la flore que le touriste aux revenus moyens.

D’autant plus que l’argument de préservation de l’environnement ne tient pas vraiment debout quand on voit que les transports privilégiés sont l’avion privé et le 4×4…

On est loin du compte niveau éthique!

– Deuxième exemple : le Rwanda

Le Rwanda suit la même trajectoire. Le trek des gorilles dans le parc national des Volcans au nord du pays coûte 1500 dollars depuis 2017 ! Le prix a doublé d’une année sur l’autre. La visite dure une matinée, avec une heure maximum en compagnie des animaux.

Et les touristes continuent de venir !

Regarde cette photo en dessous. Je l’ai prise en basse saison début 2018. Ces touristes se préparaient à grimper pour aller voir les gorilles. Cela veut dire qu’il y a toujours une clientèle, même si tu doubles le tarif l’année d’après !

Safari-Afrique-cher

Depuis janvier 2018 également, les Rwandais qui bénéficiaient jusqu’à présent d’un tarif inférieur (50$ le trek) doivent payer le même tarif que les autres.

Le Rwanda mise aussi sur ce type de clientèle pour fermer la porte au tourisme de masse et préserver l’environnement.

Nécessité de louer une voiture

L’autre problème difficile à contourner, c’est la location de la voiture. Dans la plupart des pays d’Afrique, il faut que tu loues une voiture si tu veux te déplacer dans certains endroits difficiles d’accès. Les routes sont souvent en mauvais état, et les transports en commun quasi inexistants dans certains coins.

L’essence même du voyage c’est aller vers l’inconnu, sortir des sentiers battus…

Cependant, il ne faut pas faire de généralité. Les routes principales du Rwanda sont en très bon état par exemple. Mais pas celles qui mènent au parc national de l’Akagera dans l’est.

Louer un 4×4 au Rwanda coûte 120$/jour, en Zambie 140$/jour. La plupart des touristes qui viennent ont les moyens de réserver un 4×4 à ces prix là.

Les gouvernements ne mettent pas en place une politique d’ouverture vers un tourisme plus économique. Car pour eux, qui dit tourisme économique dit tourisme de masse peu respectueux de la nature. Une fois de plus, je ne dis pas qu’il faudrait construire des routes asphaltées dans les parcs nationaux. Mais du moins, la route qui mène jusqu’à l’entrée, devrait être en bon état et desservie par des lignes de bus. Et c’est loin d’être le cas partout.

Pour conclure, comment faire pour payer moins cher ?

Il faut être un peu plus baroudeur dans l’âme. Ne pas avoir peur de voyager sans filets.

Le continent africain pâtit encore d’une mauvaise réputation souvent injustifiée. Il faut être plus débrouillard, ne pas réserver ses circuits en safari par le biais d’agences. Organiser tout soi-même. Passer directement par les campements, les offices des parcs nationaux.

C’est une façon de voyager qui n’existe pas encore beaucoup en Afrique et qui pourtant je pense est l’essence même du voyage : aller vers l’inconnu, sortir des sentiers battus, et rencontrer des personnes que l’on ne rencontrerait jamais si l’on n’était dans notre bulle entourée de touristes souvent issus de la même culture que nous et voyageant en 4×4.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018-2019

Et sinon le partage c'est la vie ✌️ et c'est par ici :

6 comments

Daniel Trépanier avril 8, 2018 - 7:27

La mauvaise réputation qui nuit encore au Rwanda est malheureusement dûe à certains blogueurs ou blogueuses qui affirme que le président actuel Kagamé est un tortionnaire qui n’hésiterait pas à torturer ou même assassiner ses opposants ce qui est tellement loin de la réalité. Il est au contraire un président exemplaire au service de sa population, qui travaille en étroite collaboration avec son équipe, il est cette année président de l’Association Africaine. Il est un atout majeur dans le développement de l’Afrique actuelle. Je suis sur place et bien placé pour constater cette réalité. Il faudrait plutôt dénoncer les médias occidentaux que sont au service de la haute finance de qui ils dépendent justement et qui contribuent à entretenir cette mauvaise réputation pour leurs propres intérêts et continuer à piller le continent honteusement.

Reply
Pauline avril 9, 2018 - 6:10

Daniel , voici un rapport d’Amnesty International qui, à ma connaissance, n’a aucun lien avec la haute finance qui a tant l’air de vous inquiéter : https://www.amnesty.org/download/Documents/AFR4765852017FRENCH.pdf
Concernant la disparition d’une opposante, Illuminée Iragena, voici plusieurs articles : http://www.fdu-rwanda.com/fr/rwanda-madame-iragena-illuminee-succombee-aux-tortures-des-agents-de-services-secrets-rwandais/
Un autre : http://www.therwandan.com/fr/rwanda-sos-madame-illuminee-iragena-serait-dans-un-etat-critique-dans-le-camp-de-torture-de-kami/
Des articles issus de médias rwandais ou africains…
D’autres opposants qui ont eu des « problèmes » avec le gouvernement rwandais : Jean Damascène Habarugira (assassiné en 2017), Violette Uwamahoro (arrêtée, son mari est en exil).
Concernant votre critique envers « les blogueurs qui nuient à la réputation du Rwanda », ce serait me faire trop d’honneur car à ce jour je ne pense pas avoir tant de poids que cela pour impacter la réputation d’un pays tout entier. De plus mon article est largement positif quant à mon expérience en tant que voyageuse. Il n’y a que vous qui voyez uniquement le négatif et préférez ne retenir que cela. Voyager en Afrique, l’aimer, et aimer ses habitants ne veut pas dire fermer les yeux sur tout ce qui s’y passe.

Reply
Isabelle avril 9, 2018 - 8:41

Merci ! Super article.

Reply
Pauline avril 10, 2018 - 6:27

Merci Isabelle !

Reply
Les Marioles Trotters janvier 4, 2019 - 11:58

En traversant l’Afrique avec notre propre van, nous pouvons en effet éviter tout circuit touristique et faire de grosses économies. J’espère que nous trouverons de bons plans pour visiter les parcs nationaux dans le sud de l’Afrique. Grâce à ton article, je me dis qu’il faudra qu’on se renseigne bien sur les pays et les réserves les moins onéreux et les moins touristiques. Nous n’avons pas encore beaucoup d’expérience en Afrique, nous n’avons fait que le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal pour le moment mais c’est vrai qu’il faut faire attention à ses dépenses.

Reply
Pauline janvier 6, 2019 - 7:30

Oui effectivement ça peut grimper très vite! Surtout lorsque tu commences à vouloir faire des activités. Et alors les safaris n’en parlons pas! Malgré tout, si vous continuez à voyager de cette manière vous allez pouvoir profiter de tous les charmes de l’Afrique australe, voir des animaux sauvages, visiter des coins incroyables, tout ça pour beaucoup beaucoup plus abordable que si vous passiez par une agence. Au sujet des parcs nationaux, n’hésite pas à me poser des questions si tu en as déjà quelques unes en tête.

Reply

Leave a Comment

8 + vingt =

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

UA-116385296-1